MISSION RIO 2013 - REPORTAGE EN PHOTOS



A 10 000 kms et quelques années lumières de vous, voici un peu de nouvelles du front, après 3 semaines intenses de l’autre côté de l’Atlantique sud.



Effectivement éloignés de tout, nous avons beaucoup de mal avec la communication, sans téléphone ni Internet.

Il nous faut aller jusqu'au village pour utiliser ces outils et faire nos courses, avec notre vieux Kombi 86, guerrier brinquebalant, ou en bus déglingué...
Ici on a d'abord bien galéré beaucoup sous la pluie. Il fait un froid de canard (13°) avec 100% d'humidité dans l'air.

Duvets, pulls et...tongs sont de rigueur!

C'est l'hiver en juillet. Nous sommes à Rio de Janeiro, en pleine foret et les colibris sont là! 



Nous avons eu la chance, le 1er jour de notre arrivée, de voir un splendide papillon bleu et les singes sont là en permanence, en train de siffler sur les bananiers avec impertinence, car on les devine, mais on ne les voit pas, les coquins...


Deux jours de beau temps à l'arrivée ont permis de présenter les environs aux volontaires subjugués par la beauté des plages. 







Cependant, d'entrée, nous avons rencontré beaucoup de difficultés avec une maison abandonnée aux araignées, les canalisations et les arrivées d'eau prises d'assaut par les racines d'un jardin magnifique et des infiltrations dignes des chutes d’Iguaçu! 


Donc rafistolages de fortune pour vivre comme un bon sauvage, mais il y a vraiment beaucoup à faire pour réhabiliter le Jardim de Gaya.



Certains apprécient le coté romantique de la situation, moustiques compris! 

Mais cette année, les volontaires sont frileux, précieux, surpris par le cout de la vie et la nécessité que nous avons de tout rationner, vu les faibles moyens dont nous disposons pour cette mission (à commencer par l’eau et le gaz). Perdus sans communication extérieure, sans contact avec leurs familles et leurs copains de Facebook, ils sont plus affamés d'Internet et de bonne chère, que du Feijao arroz (riz haricots) qui leur est proposé quotidiennement, bien que toujours agrémentés de poulet, d’œufs et de salades bios!



Du coup, lorsque les enfants de l’association ICADC et leur progéniture viennent se restaurer ici et se réchauffer auprès de nous en témoignant de leurs difficultés matérielles et personnelles, où bien quand nous allons en ville à 1h d’ici, là où la population est pauvre et dense, nos robinsons semblent d'autant plus sensibles à la misère du monde qui les entoure, que leur retour programmé en Europe leur permettra bientôt de dire qu'ils l'ont vue de près...


En effet, l'Inde n'est pas loin de la réalité locale... Mais nous sommes bien loin de tout folklore!


Difficultés matérielles aussi, avec des installations déjà précaires et d'autres abimées, abandonnées.

C'était à prévoir : une maison se doit d'être grande ouverte et ses habitants d'y vivre au jour le jour pour être accueillante à l'étranger qui se présente!  Au vu de tous les travaux à faire pour l'entretenir au jour le jour, avec cette grande maison et de leurs propres nécessités, les volontaires locaux ont progressivement déserté le jardin pour se trouver du travail à Rio



La campagne de Guaratiba est sauvage et belle, mais le progrès laisse cruellement à désirer par ici, ce qui, malgré toute leur disposition, peut surprendre " les gringos ", et même les routards les plus avertis, sachant bien que l’aventure est provisoire, s'attendent tout de même à un tout petit confort...




D'où la réflexion de la clientèle au Jardim de Gaya....

Entre touristes et volontaires, qui est prêt réellement pour une aventure au bout du monde, dans un contexte rustique et rudimentaire, où les sensations sont liées à une démarche de survie et de dépassement personnel, plutôt qu'à une satisfaction futile et passagère?


Malheureusement aussi, pour nous comme pour beaucoup de petits commerces et de pèlerins motivés, la visite du Pape a dû être annulée dans notre région inondée, après un battage et un trafic hallucinants, finalement inutiles. 

Donc nous n'avons pas de résultats non plus niveau Com, comme nous l'avions imaginé car, la Foi les portant haut et fort, tous les pèlerins ont dû se rabattre sur Copacabanna, à 40kms d'ici, sous une pluie battante!


Mais la foi nous aidant aussi, nous avons décidé vaillamment d'ouvrir le Jardim de Gaya tous les weeks ends, pour proposer comme auparavant un "Almoço com arte" (déjeuner avec art, musique et poésie)  sans prétention, histoire de dire que nous existons et que nous sommes bien déterminés à reprendre les rennes de notre affaire. 


Les gens passent, étonnés par les couleurs et la sympathie du lieu que nous avons nettoyé et décoré (photos en ligne prochainement). Ceux qui s’arrêtent pour échanger quelques mots sont surpris et se disent enchantés par notre initiative qu'ils nous encouragent à poursuivre, car il n'y a aucune activité culturelle dans la région. D'autres promettent de revenir...


Vu la distance qui nous sépare du centre ville, avec les intempéries et le Pape prévu initialement dans les parages, nos amis et partenaires locaux ont bien évidemment aussi, été empêchés de nous rendre visite.

Ce qui n'a pas aidé la sensation d'isolement ressentie par les jeunes. 



Sauf Cadu et Ivonne qui ont affronté la distance pour venir nous saluer et nous régaler d'un Bobo de Camarao (Crevettes au manioc et à la noix de coco) et de leur amitié. Les deux souhaitent un bel avenir à l’Espace culturel que le jardin peut devenir et se proposent d’y contribuer.


Alors, parce que nous espérons concrétiser ce projet qui nous tient vraiment à cœur et, peut être un jour, recevoir certains d'entre vous pour apprécier véritablement les beautés du lieu et vous ressourcer, nous avons réservé les prochaines semaines d’Août pour aller en ville rencontrer les membres de l’association et des partenaires institutionnels et nous informer sur de possibles co financements...


Nous allons surtout effectuer la visite de la ville avec nos jeunes européens qui pensent que le Brésil doit bien se trouver quelque part à Rio!

Sera????


Nous partons le 2 septembre. Nous devons donc déjà commencer à fermer la maison.

Cad, si le temps le permet, laver (à la main) sécher et ranger tout l’équipement et le linge mis à disposition, pour le protéger et tout retrouver propre et agréable pour les prochains visiteurs.


Cette mission 2013 à Guaratiba est sans doute un coup d'épée dans l'eau, c'est le cas de le dire!!!

Mais ce sont là véritablement les aléas du volontariat et de nombreuses leçons restent à tirer pour chacun d’entre nous!


Mettre en place ici un programme social/culturel ou ecotouristque à moyen ou long terme, demande des moyens, des compétences, des capacités et un engagement de tous les jours, avec un équipement adéquat et un personnel, formé, rémunéré, bien encadré. 


Nous sommes là pour ça : évaluer les couts des réformes à engager pour optimiser les possibilités de développement et voir comment élargir le cercle des coopérations pour dynamiser les échanges et contribuer à conquérir l’autonomie de l’entreprise.... Nous en saurons plus à notre retour....

Entre temps, il est bon de savoir qu’en France, nos volontaires recherchent des moyens humains et matériels et que, d’ores et déjà,  le site Jardim de Gaya est en ligne, avec une Boutique virtuelle qui propose des objets issus de nos petites réalisations artisanales, ce qui, on l'espère, nous permettra de réunir des fonds pour renforcer notre projet : www.jardimdegaya.com
 
 













































































































 
 
Roberto a fait les métrés et quelques plans pour nous aider dans les travaux de rénovation du jardim. L'ingénieur Rossalvo et Maitre Manuel ont apprécié son travail et doivent nous faire connaitre leurs devis. L'Ong Sustentarte a été contactée pour envisager les travaux à parti de matériaux écologiques.
 
Finalement,  nous avons pu effectuer quelques petits travaux de rénovation et nettoyer le jardin pour ouvrir le restaurant le week end et nous avons organisé une soirée poétique avec Vida Feliz en clôture de mission.

Cette soirée a réuni une trentaine de personnes, et bien qu'il y ait eu une coupure de courant dans le quartier, les poètes de Guaratiba ont déclamé leurs vers avec la conviction, l'humour et la sensibilité qui leur est caractéristique.  

Ce soir là, le froid était au rendez vous, mais à la lumière des bougies, le menu délicieux, l'émotion des artistes et l'ambiance conviviale ont fait de cette soirée un moment inoubliable, dans le jardin magnifiquement décoré pour la circonstance.
 
Voilà, c'est une mission qui s'achève dans l'espoir d'en entamer une autre....
 
Rendez vous en 2014!


 














La page O Jardim De Gaya a également été créee sur Facebook pour permettre de mieux nous faire connaitre et poursuivre nos échanges et nos idées.

Merci de diffuser la page autour de vous!
 

Photos de la mission 2013 : Roberto Candidi, Sandrine de Oliveira, Gayanée Laratore

Posts les plus consultés de ce blog

CONGRES MONDIAL DE LA NATURE - Donnons la voix aux populations indigènes

6ème Festival Paroles et Merveilles entre Rio et Marseille « Enfances, Nature et Influences »