ESPACES GENERATION NATURE PARC CHANOT DU 03 AU 11 SEPTEMBRE - EXPO ET DOCUMENTAIRES

 

EXPO PHOTO COLLECTIVE 

Biodiversité en Amazonie / Cerrado Vivo 

40 Photos 1.20x0.80 de Paulo de Araujo, Valdeci Rodrigues, Jorge Cardoso, Leopoldo Silva, Glaúcio Dettmar sur la savane brésilienne en Amazonie



Biodiversité en Amazonie / Cerrado Vivo : 44 Photos 1.20x0.80 de Paulo de Araujo et Valdeci Rodrigues, Jorge Cardoso, Leopoldo  Silva, Glaúcio Dettmar sur la savane brésilienne en Amazonie.

Deuxième plus grand biome du Brésil. La plus grande biodiversité parmi les savanes du monde. 22% du territoire brésilien, occupant une grande partie de la région centrale du pays.

Le Cerrado est un lieu de vastes forêts aux formations basses et fermées, mais aussi de sources, de parcs, de rivières, de cascades. Les arbres noueux, les fleurs exubérantes, les ipés de toutes les nuances, fleurissent à chaque saison de l'année. La flore et la faune sont très riches mais appauvris car leur habitat se réduit inexorablement.

Année après année, le Cerrado est attaqué de toutes les manières. Par la main de l'homme, qui déboise, par l'action du feu, accidentelle ou intentionnelle, par négligence historique et épidémique.

Avec ces photos de la région de Brasilia, capitale du Brésil, où ils vivent, les photographes Paulo de Araújo, Jorge Cardoso, Leopoldo Silva, Valdecir Rodrigues et Glaúcio Dettmar exposent au monde, plus que la dénonciation de cette destruction, leur déclaration d'amour pour un environnement et un paysage impressionnant.

Ceux qui vivent près du Cerrado, comme les photographes brésiliens, suivent l'extinction tragique de petits animaux qui, acculés par le feu ou par le manque d'espace, traversent les autoroutes pour rencontrer le mouvement des voitures, des bus et des camions.

 

Avec cette exposition photographique sur le Cerrado brésilien, ses merveilles et son appel au secours,  l’équipe de l’Agence Lagoeste met en lumière l'une des plus grandes ressources de l'environnement au Brésil et dans le monde. C’est leur travail.


Pour la défense de l'environnement et pour la défense de ce biome si gravement menacé 

 

FILMS DOCUMENTAIRES 

en présence des réalisateurs, suivis d’un temps de parole et d’échanges avec la salle. 

07 Septembre 12h30  : 4 documentaires sur l'impact de la déforestation sur le climat et le quotidein des peuples de la forêt 

Por onde foram as andorinhas 22’Où sont passées les hirondelles? 

de l'Instituto Catituto

Présenté à la COP 21

Le temps change, la chaleur augmente. Les Indiens du Xingu observent les signes qui sont partout. Les arbres ne fleurissent plus, le feu se propage dans la forêt, les cigales ne chantent plus pour annoncer la pluie car la chaleur a cuit leurs œufs. Les fruits du champ se gâtent avant de pousser. En examinant les effets dévastateurs de ces changements, ils se demandent à quoi ressemblera l'avenir de leurs petits-enfants.

 


Quentura 30’ de Marie Correa

Filmé avec et par des femmes indigènes qui témoignent de leur situation face aux brulis ravageurs.


      

  Kuarup 13’ de Paulo de Araujo


 



Gardiens 26’  de Planète Amazone 



La projection sera suivie d'une rencontre et discussion avec la délégation  des Gardiens de la Terre, dont  la plupart sont porte-voix de l'Alliance des Gardiens de Mère Nature : Tom Goldtooth (peuples Dakota et Diné - USA), Mindahi Bastida (peuple Otomi - Mexique), Mirian Cisneros (peuple Kichwa de Sarayaku - Equateur), Appolinaire Oussou Lio (peuple Tolinou - Bénin) et aussi la Princesse Esmeralda de Belgique, Adelaïde Charlier de Youth for Climate Belgique et Gert-Peter Bruch, de Planète Amazone.




Jeudi 9 Septembre 14h

Terra libre 125’ un film Gert Peter Bruch  proposé par Planète Amazone

La vision et l’appel à l’Alliance des chefs indigènes amazoniens à protéger les générations futures sont un espoir et une inspiration pour l’humanité. « Nous voilà à la croisée des chemins, les ressources s’épuisent, la vie s’éteint. Climat en surchauffe. Climat de terreur irrespirable. Montée des obscurantismes.

C’est l’heure du choix. Se résigner ou se lever, maintenant, aux côtés des Gardiens. Ensemble, dans le respect mutuel, nous pouvons, nous devons rebâtir. Pour ne pas devenir demain les prochains naufragés. »

Ravagée par notre modèle de développement prédateur, l’Amazonie, poumon vert de la planète, est à l’agonie.

Sa disparition et celle des autres environnements naturels menacés, ne laisserait aucune chance à la lutte contre le réchauffement climatique, qui effraie à juste raison la communauté internationale.

Sentinelles de cette ultime frontière avant le chaos, les peuples indigènes sont engagés dans une mobilisation sans précédent pour survivre et tenter de nous sauver, malgré nous. 

Terra Libre, à la fois carnet de bord et enquête, s’attache, sur près de quatre ans, aux pas du légendaire Chef indigène Raoni Metuktire.

L’accompagner et découvrir la nouvelle garde des sentinelles de la planète, c’est effectuer une immersion bouleversante au cœur d’enjeux planétaires, d’un Sommet emblématique de l’ONU à l’autre (Rio+20 et la COP 21).

La vision et l’appel à l’Alliance des chefs indigènes amazoniens à protéger les générations futures est une inspiration pour l’humanité.

Ce film raconte leur combat, à travers duquel se joue rien moins que le sort de l’humanité. TERRA LIBRE n’est pas seulement un cri d’alarme, c’est un appel à l’éveil des consciences, avec les gardiens du monde vivant pour guides.

TERRA LIBRE est un plaidoyer pour la reconnaissance des droits de la nature et celui du crime d’écocide, qui permettraient de protéger de façon efficace les écosystèmes et le climat et donc de protéger l’humanité présente et future.


Posts les plus consultés de ce blog

CONGRES MONDIAL DE LA NATURE - Donnons la voix aux populations indigènes

REGARDS D'AMAZONIE A L'HOTEL LE RYAD